The Force at work / La Force en action

The Force at work / La Force en action
Read the whole story now being read around the world! / Lisez toute l'histoire maintenant lue autour du monde!

Tuesday, February 3, 2015

Benjamin-Constant and his time / en son temps 31.01.2015 - 31.05.2015

Jean-Joseph Benjamin-Constant  Evening on the terrace (Morocco)/ Le soir sur les terrasses (Maroc), 1879
Français plus bas
MY FAVORITE/ MON COUP
DE COEUR:
The late Empire: Honorius
Le Bas-Empire: Honorius
Jean-Paul Laurens 1838-1921

MARVELS AND MIRAGES OF ORIENTALISM

I had seen photographs of some of the exquisite paintings by JEAN-JOSEPH BENJAMIN-CONSTANT of people of color. I was so jealous of the delicious contrasts he crafted so masterfully between the light of the sun reflecting on the white of the sand, reflecting off the jewelry and the contraposition with the complexion and traditional costumes of the subjects. But it is nothing compared to the experience of seeing the real works up close. I delighted myself by moving in all directions to view the works close-up and as whole compositions. The example above, Evening on the terrace (Morocco), is one I studied up close to see how he did that subtle shimmering effect off the carpets and the jewelry of the young girls sitting in the evening sun. You can feel the pulse of these youths relaxing in the close of day.

The exhibition presented this winter at The Montreal Museum of Fine Arts also hosts a few other great artists who explored Orientalism in the late 19th century as this was a subject of fantasy for the average European. You will see works by EUGÈNE DELACROIX, JEAN-PAUL LAURENS for example. The curators, NATHALIE BONDIL, Director of the Montreal Museum of Fine Arts, and  AXEL HÉMERY of the Musée des Augustins in Toulouse included the works of three female contemporary Moroccan artists to allow the women to reclaim their identity. One of my favorite works of the entire show is from this trio, The Sultana, 2008 by LALLA ESSAYDI.

Observe the outstanding craftsmanship.
Observez l'excellentsavoir-faire.
I had illuminating conversations with two contributors to the voluminous catalogue. STÉPHANIE PRENANT explained that Benjamin-Constant understood many marketing principles most of us are aware of now. He knew he would not be a prosperous artist by depending solely on state programs for the arts. Therefore he transformed the foyer of his atelier into an exotic showroom where customers could visit and see his offerings at any time. CHRISTELLE TARAUD is an historian who specializes in the contemporary story of Maghreb and colonial prostitution in the Orient and North Africa. She explained to me that what Benjamin-Constant and his contemporaries showed the European public about the harem was based more on their fantasies than facts. Harems were very private places where no man was allowed in. The women were always respectably dressed and could only be seen nude by their owner. Furthermore the women needed to be intelligent and interesting on top of being beautiful, because all the women were beautiful. Her work is totally fascinating. 

There are many activities associated with the exhibition like conferences around the theme of the harem, the truth versus the myth, films on how artists and film-makers expressed Orientalism like RITA HAYWORTH in the movie Salome playing on April 19th 2015, and so much more.

FRANÇAIS
MY SECOND FAVORITE / MON
DEUXIÈME COUP DE COEUR:
The Sultana/ La Sultane 2008
Lalla Essaydi

MERVEILLES ET MIRAGES DE L'ORIENTALISME

J'avais déjà vu des photos des toiles exquises de personnes de couleur peintes par  JEAN-JOSEPH BENJAMIN-CONSTANT. J'étais tellement jalouse des délicieux contrastes qu'il confectionnait avec maîtrise entre la lumière du soleil se reflétant sur le blanc du sable et sur les bijoux et la contraposition avec le teint et les costumes traditionnels des sujets. Mais c'est rien comparé à l'expérience de voir les vrais oeuvres de près. Je me suis délectée à regarder les pièces de toutes les angles, de proche et de loin. L'exemple en haut, Le soir sur les terrasses (Maroc), est une toile que j'ai étudié de très proche pour comprendre comment il avait réussi les délicats reflets sur les tapis et les bijoux des jeunes filles assisent dans le soleil couchant. On peut ressentir le poul de ces jeunes qui sont détendus à la fin du jour.
Beside the luscious paintings, pay
attention to the frames.
En plus des toiles succulentes,
portez attention aux encadrements.

L'exposition présentée cet hiver au Musée des Beaux Arts de Montréal assemble d'autres grands artistes qui ont exploré l'Orientalisme à la fin du 19e siècle car ce sujet nourrissait les phantasmes des Européens moyens. Vous verrez des oeuvres par EUGÈNE DELACROIX et JEAN-PAUL LAURENS par exemple. Les commissaires, NATHALIE BONDIL, Directrice du Musée des Beaux arts de Montréal, et  AXEL HÉMERY du Musée des Augustins à Toulouse ont inclu les oeuvres de trois artistes contemporaines du Maroc pour permettre aux femmes modernes de récupérer leurs identités. Une de mes pièces favorites de l'exposition vient de ce trio: La Sultane, 2008 par LALLA ESSAYDI.

J'ai eu des conversations enrichissantes avec deux contributrices du volumineux catalogue. STÉPHANIE PRENANT a expliqué que Benjamin-Constant comprenait plusieurs stratégies de marketing qui nous sont maintenant familières. Il savait qu'il ne pouvait pas devenir un artiste prospère avec seuls les programmes pour les arts de l'état. Donc il a transformé  le hall de son atelier en salle d'exposition exotique où ses clients pouvaient visiter et voir ses oeuvres en tout temps.  CHRISTELLE TARAUD est une historienne qui se spécialise dans l'histoire contemporaine de Maghreb et la prostitution colonialle en Orient et en Afrique du Nord. Elle m'a expliquée que ce que  Benjamin-Constant et ses  contemporains présentaient au publique Européen en ce qui concerne les harems étaient basés plus sur leurs phantasmes que sur les faits. Les harems étaient des lieux très privés et aucun homme n'y était admis. Les femmes y étaient toujours vêtues respectablement et étaient vues dans la nudité seulement par leur propriétaire. En plus, les femmes devaient être intelligentes et intéressantes en plus d'être belles car toutes les femmes étaient belles. Son oeuvre est captivante. 

Il y a plusieurs activités associées avec l'exposition telles des conférences autour du thème du harem, la vérité versus le mythe, des films sur comment les artistes et cinéastes ont exprimé l'Orientalisme tel RITA HAYWORTH dans le film Salome qui va joué le 19 avril 2015, et plus encore.

The layout design was created by / La scénographie de l'exposition a été réalisée MAXIME-ALEXIS FRAPPIER
RÉSIDENCE EMPREINTES

Naghmeh Sharifi

 Les résidences EMPREINTES au Musée des Beaux Arts de Montréal avec la collaboration du Conseil des Arts de Montréal visent à offrir à un ou une artiste de la diversité culturelle de Montréal de profiter de sa vaste collection pour un projet de création ou d'études. Cette année l'artiste Naghmeh Sharifi s'est méritée l'occasion d'approfondir sa pratique de peintre qualifiée par Marie-Eve Beaupré, conservatrice de l'art québécois et canadien au MBAM et membre du jury de sélection: La 
force expressive de sa peinture ainsi que son talent de coloriste ont capté l'attention du jury.

-LENA GHIO 

No comments:

Post a Comment