The Force at work / La Force en action

The Force at work / La Force en action
Read the whole story now being read around the world! / Lisez toute l'histoire maintenant lue autour du monde!

Sunday, May 10, 2015

Yinka Shonibare MBE @ DHC Art 28.04 - 20.09.2015

PIECES OF RESISTANCE-PIÈCES DE RÉSISTANCE           
Yinka Shonibare MBE in the center ( photo Lena Ghio © 2015) with his Self Portrait ( after Warhol ) 1 & 2, 2013 on either side. // Yinka Shonibare MBE au centre ( photo Lena Ghio © 2015) avec ses Self Portrait ( after Warhol ) 1 & 2, 2013 de chaque côté.

Français plus bas

The British artist YINKA SHONIBARE MBE has found a unique artistic voice to appeal to the conscience of modern humans. In this exhibition, presented at DHC/ART until September 20th, the emphasis is placed on the photography and video installations that question what happens to a society if those that compose it choose to ignore reason. For this he uses well-known works from art history and reinterprets them from the perspective of his questions. He uses Dutch wax printed cotton textile as others would use the paintbrush to address the issue of colonization. The story behind this material is surprising. The Dutch decided it would be good to mass produce this material that was widely used by the Indonesian people they had recently colonized, (brief history). Their intention was to resell it to those people at a profit. However it was the African people who adopted this textile that is now automatically associated with many African cultures.

As he reviews human behavior through historical figures, in this exhibition we see Admiral Lord Nelson replayed through many works, he can put modern issues forward without antagonizing any group of people but aiming more for an integration and acceptance of human diversity. The issue of racial stereotyping and  prejudice is also expressed in extremely subtle ways through ambiguous skin tones and the casting of colored or female artists in improbable roles in the video installations.

The exhibition as a whole is extremely elegant. The moment you walk in you see the artist's re-interpretation of Nelson's Jacket, 2011, in Dutch wax print textile over a fiberglass mannequin, in a wood and glass vitrine. I paid attention to all the details: the wonderful gold buttons, the embroidered medals, the printed lining of the garment. On this floor, the story is about ships. La Méduse, 2008, revisits the famous Raft of the Medusa painting by Géricault that is based on a book recounting the events writen by Jean Baptiste Henri Savigny, surgeon, and Alexandre Corréard engineer who had been on the raft for this tragedy. In their book they reported how social status and race played a part in the way the seamen were treated, saved or thrown at sea.

On the second floor, the series "The Sleep of Reason" reminded me of the painter Caravaggio's dark paintings. On the third floor, death is recalled through "Fake Death Picture"series inspired by famous death scenes like The Suicide by Manet. Finally the exceptionally luxurious videos include an aria, Addio del Passato, 2011, that blew me away.

DHC/ART offers many educational activities to surround all its major exhibitions. Go to the link to find all the details for these activities and schedules or email education@dhc-art.org.

FRANÇAIS

Detail / détail The Age of Enlightenment - Immanuel Kant, 2008
L'artiste Britannique YINKA SHONIBARE MBE a trouvé une voix artistique unique pour faire appel à la conscience de l'humain moderne. Dans cette exposition, présentée à DHC/ART jusqu'au 20 septembre, l'emphase est placée sur les photos et installations vidéo qui questionnent ce qui arrive à une société si ceux qui la composent décident d'ignorer la raison. Pour cela il utilise des oeuvres bien connues de l'histoire de l'art qu'il réinterprète de la perspective de ses questionnements. Il utilise le cotton wax hollandais imprimé comme d'autres se servent d'un pinceau pour adresser le sujet de la colonisation. Les Hollandais avaient décidé qu'il serait bon de produire ces tissus qui étaient abondamment utilisés par les Indonesiens qu'ils venaient de coloniser (brève histoire) pour leur revendre à profit. Cependant ce sont les peuples Africains qui ont adopté ce tissus qui est maintenant automatiquement associé avec plusieurs cultures Africaines.

Il revise les agissements des humains contemporains à travers les figures historiques, dans cette exposition on voit beaucoup Admiral Lord Nelson représenté dans plusieurs oeuvres. C'est sa façon de dialoguer sur des problèmes sociaux courants sans antagoniser aucun groupe de gens mais en visant une plus grande intégration et acceptation de la diversité humaine. Le problème du stéréotype racial et les préjugés est aussi exprimé de façon extrêmement subtile avec les tons de peau ambigus de ses sculptures et le casting d'artistes de couleur ou de sexe féminin dans des rôles improbables dans ses installations vidéo. 

L'exposition dans son ensemble est extrêmement élégante. Le moment qu'on y entre on voit la ré-interprétation de Nelson's Jacket, 2011, en cotton wax hollandais imprimé, sur un mannequin en fibre de verre, bois et vitrine. Je porte attention à tous les détails: les merveilleux boutons en or, les médailles brodées, la doublure imprimée du vêtement. Sur ce plancher, l'histoire concerne les navires. La Méduse, 2008, revisite la fameuse toile de Géricault Le Radeau de la Méduse qui est basée sur un livre écrit par  Jean Baptiste Henri Savigny, chirurgien, et Alexandre Corréard ingénieur, qui étaient parmis les naufragés de cette tragédie maritime. Dans leur livre, ils racontent comment le statut social et la race avaient joué un rôle dans la façon dont les marins avaient été traités, sauvés ou jetés à la mer. 

Au deuxième plancher, la série "The Sleep of Reason" m'a rappelée les toiles sombres du peintre  Caravaggio. Sur le troisième plancher, c'est la mort qui est évoquée dans la série "Fake Death Picture" inspirée par des scènes de mort célèbres tel Le Suicidé par Manet. Finalement, dans les installations vidéo exceptionnellement luxueuses il y a aria, Addio del Passato, 2011, qui m'a coupée le souffle.

DHC/ART offre plusieurs activités éducatives pour entourer toutes ses expositions majeures. Rendez-vous au lien pour connaître ces activités ainsi que les horaires ou envoyez un courriel à  education@dhc-art.org.

-LENA GHIO

No comments:

Post a Comment